Asinus asinum fricat, l’âne se frotte avec l’âne, en d’autres termes, les imbéciles se félicitent entre eux. Expression fort adaptée tant à la cour de Versailles qu’aux réseaux sociaux, où elle s’applique aussi à l’envers : l’âne frappe l’âne. L’affaire Fillon est l’occasion de revenir sur ce thème, d’autant qu’elle résonne assez bien avec l’affaire des mails d’Hillary Clinton. Dans les deux cas nous avons une faute morale claire, une faute pénale douteuse, et une exploitation médiatique qui prend le pas sur les deux précédentes.

Lire la suite