VaeVix

On peut obtenir beaucoup plus avec un mot gentil et un revolver, qu'avec un mot gentil tout seul. Al Capone

Du pseudonymat

CjnpFc5WUAA3w_cCes derniers jours, Denis Robert, ex-journaliste et nouvel arbitre des élégances, a “outé”1)Gardé ici, entre guillemets. L’outing concerne uniquement l’identité sexuelle, la volonté de nuire en fait cependant une comparaison qui me parait raisonnable. Les autres instances sans guillemets ont été modifiées pour éviter ce mot. un certain nombre de twittos et bloggers sous pseudonyme. Outre l’indélicatesse de la méthode et la volonté affichée de nuire à la carrière des intéressés, cela pose la question du pseudonymat.

fhuonNous avons été accusés de ne pas assumer nos idées, d’être parfois provocateurs et polémiques. Oui, et c’est bien le but. Par nos métiers, notre parole “officielle” est très contrainte, peut potentiellement, pour certains, avoir un effet sur les marchés. S’exprimer sous pseudonyme permet justement de différencier fermement ce qui est officiel, réfléchi, pesé, validé, archivé pour 5 ans (10 ans en Suisse) et ce qui relève du personnel, du gut feeling, de l’agacement parfois ou de la parodie. C’est une soupape nécessaire et utile face à une hostilité2)Et je fais preuve ici d’énormément de modération, “haine” serait plus juste. qui ne se cache pas et s’exprime sans retenue.

Denis Robert a donc aujourd’hui et hier révélé l’identité de twittos, sous prétexte de racisme, un juif pratiquant, un iranien, un homosexuel libéral et quelques autres. On lui souhaite bien du courage face à la XVIIème chambre3)Chargée des délits de presse, injures publiques, diffamations, etc. lorsque ses victimes se présenteront unies face à lui pour expliquer que leur opinion partagée est le “harm principle” et le fait de vivre comme on l’entend sans imposer à leur voisin leur ligne de conduite.

Il semblerait que ce message soit haïssable pour ces gens-là et que seule la soumission à un message unique soit acceptable (encore qu’ils ne soient pas d’accord sur le dictateur qu’ils souhaitent) : nous les combattrons. Pour une simple raison : nous aimons la liberté, nous aimons la rationalité. Nous avons aussi des followers d’extrême gauche qui ne partagent pas nos idées et avec qui nous débattons, franchement mais dans le respect. Souvent en désaccord sur l’économie, nous nous retrouvons sur les droits individuels, ceux-là même que Denis Robert viole.

Qu’il paie, devant un tribunal, tout simplement. Un euro symbolique, mais une marque négative de plus sur son CV. Des témoignages me poussent à penser que Denis Robert est sincère dans son combat, ce que je crois volontiers. C’est compréhensible d’un point de vue humain, en revanche ce n’est pas du travail de journaliste, c’est une tirade de café du commerce. Cher Denis, vous me lirez sûrement, reprenez vous : ce n’est pas du journalisme et votre haine vous emporte vers des contrées que vous ne voulez pas explorer.

PS: M. Robert, vous n’aurez que peu de difficulté à révéler mon identité, si tel est votre désir, c’est un délit d’atteinte à la vie privée que je poursuivrai bien sur.4)Le premier twitt a été anonymisé, l’auteur putatif le disant le fruit d’un piratage. Je doute d’un “piratage de quelques minutes” mais des personnes de confiance me disant que cela ne serait pas dans ses habitudes, je l’anonymise.

References   [ + ]

1. Gardé ici, entre guillemets. L’outing concerne uniquement l’identité sexuelle, la volonté de nuire en fait cependant une comparaison qui me parait raisonnable. Les autres instances sans guillemets ont été modifiées pour éviter ce mot.
2. Et je fais preuve ici d’énormément de modération, “haine” serait plus juste.
3. Chargée des délits de presse, injures publiques, diffamations, etc.
4. Le premier twitt a été anonymisé, l’auteur putatif le disant le fruit d’un piratage. Je doute d’un “piratage de quelques minutes” mais des personnes de confiance me disant que cela ne serait pas dans ses habitudes, je l’anonymise.

Précédent

Libéralisme et chômage

Suivant

La rationalité de Panurge

  1. Serait-il possible de changer les mots outing & dérivés dans cet article ? Un outing désigne la révélation de l’orientation sexuelle ou de l’identité de genre d’une personne, pas d’informations personnelles plus larges (le terme exact est doxing)
    merci d’avance

    • Je vais y penser, effectivement doxing serait adapté mais probablement moins compris. Ici l’envie de nuire aux personnes concernées est similaire à l’outing involontaire.
      C’est une remarque tout à fait légitime mais pour faciliter la compréhension j’hésite encore à faire le changement. La nuit porte conseil.

    • Après consultation, et suite à des avis allant dans votre sens, j’ai modifié l’article. “doxing” étant peut compréhensible pour le public français, j’ai utilisé “révélation d’identité” mais conservé une instance de “outé” entre guillemets avec une explication.

  2. Je suis au regret de vous dire que je disconviens en tout avec votre propos.

    Soyons clairs : les méthodes de flic de M. Robert me sont insupportables ; elles tiennent du lynchage, ce qui, par principe, me répugne.

    Pour le reste, mais cela ne m’étonne pas de néo-libéraux, qui sont au libéralisme ce que le Fanta est au jus d’orange pressé, vous vous comportez en enfants pris le doigt dans la confiture.

    Non, Twitter n’est pas le lieu de la parodie, de l”humour, du second degré, sauf en PM. C’est l’agora. Et dans l’agora, tout s’assume, même sous le masque. Croyez-vous vraiment, quelque soit le désaccord que l’on puisse avoir avec le comportement archaïque de la CGT, et c’est mon cas, que les appels au meurtre ou les LOL à base d’invocations des “bonnes pratiques” des régimes dictatoriaux du Chili et de l’Argentine suscitent quelque hilarité hors de votre cercle d’amis ? (incidemment, mon oncle, prêtre catholique, est “disparu” en Argentine l’année de ma naissance. L’origine ou l’orientation sexuelle de vos amis me console grandement, vous vous en doutez, du caractère fin et approprié de leur trait d’esprit).

    Je pratique le métier de magistrat. J’ai un compte Facebook à mon nom personnel où je poste ce qui me chante, dans le respect de ce que je considère être ma déontologie. Je n’ai pas de compte Twitter. en revanche, mes jugements sont signés de mon nom et il est posible qu’un jour un justiciable énervé et googleophile m’attende en bas de chez moi pour e faire un mauvais sort. J’y suis prêt. C’est mon métier et je l’assume. C’est pourquoi vos hurlements me sont inaudibles et insupportables : soyez libéraux jusqu’au bout et assumez votre personnalité en tous lieux, sans vous prévaloir d’une distinction public-privé, qui sur les réseaux sociaux n’existe pas. Ou alors fermes vos gueules ou assumez ce que vous êtes -en partie- : des beaufs minables et enrichis, qui ne comprennent pas que l’aisance n’enlève rien à la beauferie.

    • Cher monsieur,
      Vous aurez noté que je suis bien plus modéré dans mon expression que @jabial ou @terminalose, sans même parler d’un compte parodique comme @skyzelimit (vous noterez le côté parodique).
      Vous aurez noté que notre profession est la cible de nombreuses menaces depuis des années, je connais un ami dont les enfants sont revenus de l’école en lui demandant “papa, c’est vrai que tu es un voleur ?” alors qu’il n’intervenait aucunement sur les marchés concernés par la crise. Il a été licencié peu de temps après, pas de business, pas de travail.
      Dans un sens je suppose que c’est quelque chose que vous comprenez, on vous demandera peut être “toi aussi papa, tu libères des pédophiles ? – non ses droits n’avaient pas été respectés je n’avais pas d’autre choix que d’invalider la procédure, valeurs actuelles me chie dessus mais c’était la chose à faire.”
      En tant que magistrat vous bénéficiez de l’inamovibilité et, à juste titre, d’une certaine protection : ce n’est pas notre cas, nous sommes employés “at will”. Le seul mot nécessaire pour nous virer : j’aime pas ta gueule. C’est une situation un peu différente.
      Je suis parti de France en particulier parce que je ne supportais plus cette ambiance, entre les frontistes et les FdG, tous ces gens qui prétendent dire à tout un chacun comment vivre.
      J’ai vécu heureusement en Australie, en Suisse et je vis au Royaume Uni. Je croise sous mes fenêtres des femmes voilées qui disent bonjour à des juifs en streimel, avec des bobos en fixie pas loin. Je suis heureux, loin de vos fachistes à cul serré.
      Votre commentaire aurait pu être amical, s’il ne s’était terminé par des insultes. Je crois que cela indique qui est le beauf.

      Cordialement,

    • Je ne piges pas trop pourquoi on ne pourrais pas pratiqué le second degré sur Twitter ? Il y a un principe dans une démocratie: celui de la liberté d’expression (qui engloble le droit de faire de l’humour).
      Libre à vous de ne pas l’aimer mais ce qu’a fait Denis Robert est honteux: il a fait comme si le compte parodique Gordon Gekko était un compte sérieux. C’est de la manipulation. Ne parlons même pas du cas de Jabial (voir mon commentaire en bas) où là c’est du mensonge pur et simple.

    • Le mot « néolibéralisme » n’a aucun sens. C’est l’exemple type d’un anti-concept (au même titre que ultralibéralisme). Personne ne se dit néolibéral. Demandez à quelqu’un qui utilise de ce terme néolibéral qu’est ce que cela veut dire ?? quel est la définition ?? Dans bcp de cas, il en sera totalement capable et même s’il arrive, sa définition sera différente de celle d’une autre personne employant aussi ce terme. Demandez à dix personnes leur définition du néolibéralisme, vous aurez de grandes chances d’avoir dix définition différentes.
      Même s’ils ne sont pas d’accord entre eux sur la définition de ce mot, un certain nombres de personnes font diront que c’est un mouvement du début des années 80. Pourtant, le mot néolibéral vient de la fin du 19 siècle et a été utilisé tout au long du 20 siècle même s’il est vrai qu’il a été grandement popularisé par les antilibéraux depuis vingts ans. Les antilibéraux utilisent de ce mot néolibéralisme (tout comme ils utilisent du mot ultralibéralisme) car le mot libéralisme a une certaine connotation positive en tout cas dans sa dimension politique. Un certain nombre de principes fondateurs de l’état de droit et de la démocratie (que l’on appelle démocratie libérale) découle du libéralisme (politique). Voilà pourquoi les antilibéraux pour critiquer le libéralisme préfère utiliser d’autres termes comme néolibéralisme (qui sous entend une déformation du libéralisme) ou ultralibéralisme (qui sous entend un extrémisme).
      L’avantage avec le mot néolibéralisme c’est qu’on peut utiliser ce mot à tort et à travers, on peut utiliser ce mot pour désigner tout ce que l’on veut. De toute facon , tout ce qui va mal c’est de la faute du méchant néolibéralisme (même si l’on sait pas trop ce que c’est). Je trouve cela pathétique.
      En général, avec les gens qui employent le mot néolibéralisme: ce sont soit des antilibéraux qui ne changeront pas d’opinions et qui sont de mauvais soit des gens ignorants (ignorance qui est totalement compréhensible étant donné le climat antilibéral de la France) soit des gens qui utilisent ce mot car cela fait vendre.
      Il y a même des gens utilisant le mot néolibéralisme qui vous disent qu’il est impossible de définir ce mot .
      Si vous demandez aux gens de dire ce sont qui les néolibéraux, là aussi leurs réponses sont très floues. Même si la plupart vous diront que Tatcher et Reagan sont des piliers du néolibéralisme, en général, pour le reste ils ne sont pas d’accord d’entre eux. Une bonne partie disent aussi que Friedman était un néolibéral (sans doute parce que c’est l’économiste libéral le plus connu du 20 siècle, en général, le seul économiste qu’ils connaissent) . Une bonne partie des antilibéraux utilisent le mot néolibéralisme croyent que l’école néoclassique est néolibéral montrant toute leur ignorance de l’économie et de la pensée économique. J’ai déja vu des gens disant que Keynes était un néolibéral.
      Le « néolibéralisme » au même titre qu’ultralibéralisme permet de diaboliser le libéralisme. Les antilibéraux préfèrent utiliser ces deux termes plutôt qu’utiliser le terme « libéralisme » car dans le libéralisme, il y a le libéralisme politique (qui est connoté positivement par la plupart des gens) en utilisant un autre mot, cela permet de faire une distinction entre les deux, de bien montrer que c’est deux concepts différents. Que le néolibéralisme est une « perversion » ou un « excès » de libéralisme.
      C’est profondément malhonnête.
      En plus, comme ce sont des termes ne voulant rien dire, on peut les utiliser pour les accuser de tous les maux. Les libéraux auront tendance à moins se défendre vu qu’ils ne se reconnaissent pas dans ces termes débiles.

      Non, il ne s’agit pas néolibéraux ou d’ultralibéraux juste de libéraux. D’ailleurs, eux même s’appellent libéraux et non pas néolibéraux

  3. Voilà deux articles très complets sur cette affaire: http://blog.marcelsel.com/2016/06/08/exclu-comment-denis-robert-a-lynche-un-innocent/
    http://blog.marcelsel.com/2016/06/11/exclusif-alexandre-perrin-nest-pas-skyzelimit/

    Le fondement de cette histoire est totalement ridicule. Denis Robert s’est basé sur un compte PARODIQUE comme si celui ci était vrai. On noteras au passage que Denis Robert a manipulé la vérité en faisant croire que Jabial était un soutien de Pinochet en sortant un tweet de son contexte alors que celui ci condamnait EXPLICITEMENT Pinochet dans la conversion(voir premier article de Marcel Sel).
    Denis Robert est un manipulateur et un menteur. Je ne crois pas une seconde qu’il ait cru que le comte Gordon Gekko (@skyzelimit) (sur lequel il s’est basé pour son article) était un compte sérieux. N’importe qui avec un minimum de bon sens se rends compte en deux minutes que c’est un compte parodique. Pour moi, il a délibérement manipulé la vérité. D’ailleurs, l’affaire avec Jabial tends à montrer que j’ai raison.
    De plus, Denis Robert a accusé un innocent. Il s’es trompé d’Alexandre Perrin. En effet, en tapant @skyzelimit sur google, on arrive au nom d’Alexandre Perrin mais encore fallait t il trouvé quel était Alexandre Perrin. Pour cela, Denis Robert a pris le premier Alexandre Perrin lui tombant sous la main et correspondant dans son esprit à Gordon Gekko mais pas de chance pour lui c’était le mauvais Alexandre Perrin. Puis, il a refusé de reconnaitre son erreur. C’est seulement quand c’est devenu évident (grâce à Marcel Sel qui a prouvé de manière irréfutable que l’Alexandre Perrin présenté par Denis Robert était innocent) que Denis Robert a reconnu son erreur (en évoquant un complot et en refusant tjs de reconnaitre sa faute).

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

Pin It on Pinterest